Newsletter

Georgette Birgy

Sur la route sans ornière, une flaque apparue.
Il posa son pied dans la boue rouge.
Imperceptiblement, elle y glissa le sien.
Charmée, séduite, attirée,
elle imprima son empreinte dans la sienne.
La foulée s’allongea.
Le pas se fit plus exigeant, plus pressant, plus oppressant.
La terre onctueuse et douce
devint sèche, aride, craquelée, poussière.
Le pas s’estompa.
Quand la flaque ne fut plus que désert,
Elle perdit sa trace et reprit son chemin.


Il les a vus, le Jules,
les petits hommes verts, blancs ou bleus qui descendaient de leur soucoupe.
La-haut, au milieu du Fayé, au lieu-dit ‘ les sombres’,
dans une clairière perdue dans la brume, entre Rougegoutte et Grosmagny. Cette rencontre eut lieu à l’époque où le cheval n’était pas encore vapeur. Le Bijou connaissait le chemin.
Il ramenait tout seul le paysan et la charrette.
Il suffisait d’y faire monter le bonhomme,
amateur de prune, de pomme distillées chez le Louis et la Delphine. Une petite tape sur la croupe et hop,
le fidèle compagnon cheminait, imperturbable jusqu’à la ferme.
Paraît-il que ce soir là, le Jules,
bien décidé à honorer sa Jeanne, n’avait rien bu.
Il ne ronflait pas au fond de la carriole.
Le dos bien droit, les rênes fermement tenues,
il s’en retournait impatient à la maison.
Alors ?

Agenda

Du 10/01/2017 au 30/06/2017
Culture
Du 11/03/2017 au 28/10/2017
Culture
Du 01/06/2017 au 01/07/2017
Divers