Newsletter

Christine Rondot

Je m’habille chez Pistolet
Et c’est armé de trois bandes à mon pantalon
Que j’attaque le flanc des Vosges,
Atteins la belle cime, à la vitesse d’une balle.
Les habits cousus par les gens d’ici
Ont la résistance d’une armure
Arachnéenne, à double tranchant.
La belle amitié n’y périt jamais, la trahison est crime définitif.
Chez Pistolet, on assemble des manteaux de loyauté,
le moindre accroc fait un trou d’obus.


C’est parce qu’il n’y a aucun bruit que je peux t’entendre. Une vibration tendre et ténue dans cette nuit mouillée m’habille de ton sourire. L’humidité tombe sur l’herbe, tu me protèges du froid. Nous sommes ensemble dans chaque particule de cette pâture.
Le silence éveille ta présence, je viens te retrouver, surtout ne t’en vas pas.
Même absente, tu es là. J’entendrais presque le craquement de ton tablier de cuisine en popeline de coton et tes sabots en caoutchouc. Pourtant, ce n’est pas l’heure de nourrir les bêtes et je sens ta main de travailleuse lavée au savoir noir.
C’est l’heure de dormir et je m’éveille à toi.
Dans le silence de cette nuit humide, j’entends ton sourire.
Une vibration silencieuse et douce qui me prend dans ses bras.
Je foule l’herbe au hasard, portée par des semelles de plumes, tu me portes dans une caresse bleue de lune.
Plus rien ne me fait peur, ni la pluie, ni le froid, ni cette mort qui nous sépare.
Tu ne m’as jamais beaucoup parlé, mais tu m’as regardée, et ce sourire de tout le corps, tourné vers moi, me donne une force indéfinissable. Je sais que partout où je vais seule, je t’emmène. Tu ne me le dis pas vraiment, mais je l’entends, tu es là. Ta parole est vent épais. Insaisissable et prégnant. Nous sommes en famille à l’intérieur de mes silences.

Agenda

Du 10/01/2017 au 30/06/2017
Culture
Du 11/03/2017 au 28/10/2017
Culture
Du 01/06/2017 au 01/07/2017
Divers